La vaccination du cheval en Suisse

Ecrit par Julie Queloz, le

En Suisse, il est obligatoire de vacciner son cheval si ce dernier participe à des compétitions. S’il reste à l’écurie, il n’y a aucune obligation. Cependant, le système de vaccination est tout de même fortement conseillé dans tous les cas afin de protéger non seulement son cheval, mais d’être également responsable face aux autres équidés présents dans l’écurie. Les vaccins protègent le cheval contre trois principales maladies : La grippe, le tétanos et la rhinopneumonie.

En règle générale, le vétérinaire vaccine le cheval contre la grippe et le tétanos. Celui de rhinopneumonie est administré principalement aux juments portantes. Si le cheval est infecté par le virus de la rhinopneumonie, il restera porteur de la maladie toute sa vie.

Immunisation de base et rappels

Vaccin Influenza contre la grippe

Si le cheval n’est pas encore vacciné contre la grippe, le vétérinaire doit suivre un protocole de vaccination de base, qui comprend trois injections à administrer sur le plan d’intervals spécifiques, à respecter pour que ce vaccin soit considéré comme valable.

vaccins cheval suisse

À partir du 8ème jour après la deuxième vaccination, le cheval est autorisé à prendre le départ en compétition. Le schéma de vaccination est complet après la troisième injection. Si après la première dose, la deuxième ou la troisième injection n’est pas administrée dans les délais, le schéma entier doit être recommencé à zéro.

Un vaccin de rappel doit ensuite être donné une fois par année, à partir de la date de la troisième dose.

Lors des rappels annuels, le cheval peut prendre le départ d’une compétition à partir du 7ème jour après la vaccination. Pour les compétitions FEI, le dernier rappel doit avoir eu lieu dans les six mois.

Vaccin Influenza contre le tétanos

Le tétanos est une maladie fatale pour le cheval. Le vaccin est donc fortement recommandé. La contamination se fait généralement à la suite d’une blessure, qui représente une porte d’entrée pour la bactérie responsable. Le système neurologique du cheval est touché et le cheval montre rapidement des premiers signes : difficultés à bouger la tête ou à déglutir, naseaux dilatés, cheval inquiet, démarche raide et pénible. Les nerfs sont paralysés petit à petit et généralement, le cheval meurt d’asphyxie. Selon ClassEquine, le taux de mortalité est de 75% en 6 à 12 jours. Le vaccin est efficace à 100%.

Le tétanos est administré dans la même dose que le vaccin de la grippe. Il peut être injecté seulement une fois tous les trois ans, il n’est pas nécessaire de le faire chaque année.

Vaccin contre la rhinopneumonie

Le protocole contre la rhinopneumonie est principalement proposé aux juments qui porteront un poulain. Le protocole est à débuter avant la saillie de la jument, en respectant aussi quelques délais :

Si une jument non-vaccinée et portante est atteinte de rhinopneumonie, le virus va provoquer un avortement. Certaines juments arrivent jusqu’au terme mais donnent en général naissance à un poulain mort. La clinique vétérinaire Pujol conseille également ce vaccin en cas de déplacement du cheval à l’étranger pour du sport ou du loisir.

Aider le cheval à mieux assimiler la dose de vaccin

Sur le même système que chez l’humain, le vaccin va agir sur le système immunitaire du cheval pour lui apprendre à lutter contre cette maladie et développer les anticorps adéquats. Il se peut donc que le cheval soit un peu patraque ou montre des signes inhabituels après la vaccination.

Il n’est pas mauvais d’effectuer une cure de drainage pour éliminer plus rapidement les substances chimiques dans les différents organes du cheval. Différentes alternatives existent et se distribuent directement dans l’alimentation du cheval, comme un complément.

D’autres chevaux réagissent fort à l’endroit de la piqûre. Si le cheval a fait une réaction aux précédents vaccins, le vétérinaire peut sur demande piquer dans le poitrail au lieu de l’encolure. Cette zone est généralement moins sensible. Lors de réaction cutanées, l’application d’argile peut aider à sortir l’inflammation. Les crèmes d’arnica soulagent aussi.

Dans tous les cas, il est conseillé de ne pas travailler le cheval dans les 24 heures suivant le vaccin. Il ne doit également pas transpirer durant ce laps de temps. Généralement, tous les symptômes disparaissent d’eux-mêmes quelques jours après la piqûre.

Premium!

IMG_1147
La Rippe
14000 CHF 

Premium!

20240402_152622-1-1
Trélex
500 CHF 

Premium!

image_12365029111
8000 à discuter CHF 

Premium!

IMG_4292
Corserey
70 CHF 

Premium!

Capture-decran-2023-08-10-a-11.28.42-1
Suisse
à discuter CHF 
Partager maintenant!